Sélectionner une page

De la terre Beaujolaise à une autre. Récits drôles et poétiques de Michel Aulas…

La création est une histoire de rencontre et de partage. La première fois que j’ai rencontré Yves Pignard, j’ai été séduit par son énergie artistique et sa sensibilité. Dès lors je l’écoutais, et, lorsqu’il est venu me proposer de l’accompagner dans ce projet Empreintes, j’ai dit oui sans réfléchir.
J’ai tout de suite été attiré, captivé même par les textes de Michel Aulas, leur finesse, leur poésie et la façon qu’Yves avait de les faire vivre. J’y découvrais des horizons sans frontières, des enchevêtrements de vies simples et grandioses, truculentes et émouvantes, de l’humanité. Cela ressemble à ma rue, ou à ma maison d’autrefois dans les collines, ou encore à ce quartier de Bucarest, ou ici sur les bords de l’océan à Saint-Denis de la Réunion, ou peut-être là au vieux marché de Zagreb, enfin il me semble que j’ai déjà croisé ces personnages, tellement ils me parlent.
J’ai composé toutes ces musiques en y enchevêtrant des paysages sonores faits de 1000 petites choses, des sons et bruitages, laissant les harmonies et les mélodies  s’exprimer simplement. La violoniste Martine Lecointre a prêté son concours à cette verve musicale.
Puis j’ai ressenti l’envie de sortir de mon labo, pour apporter la fragilité et la vibration de moments « live ». Mettre ma sensibilité sur un fil rouge, bien sûr, aux côtés d’Yves. Me lancer dans cette aventure scénique que j’ai rarement pratiquée, m’apporte acuité, ouverture d’oreilles et excitation.
Cela posé, je rencontre Dominique Simon dessinateur. Son imagination et son trait précis apportent un contrepoint, original, complémentaire, sensible et inspirant.
Les retours spontanés et enthousiastes de Madame Françoise Aulas-Panayoty, fille de l’auteur disparu, lors de son écoute des premières maquettes studio associant voix et musique, m’ont profondément touché et conforté dans le chemin musical choisi.
Je souhaite longue vie à Empreintes.

 

Photos Serge Sang